Sommet Inde-Afrique

Robert Dussey, le ministre des Affaires étrangères, représente le chef de l’Etat au 3e sommet Inde-Afrique qui s’est ouvert jeudi à New Delhi.

Cette conférence illustre la volonté des dirigeants indiens de développer un partenariat étroit avec l’Afrique.

New Delhi entend renforcer sa coopération sur la base de l’égalité et du respect mutuel. Une relation bilatérale forte adossée à des liens étroits avec les organisations régionales comme la Cédéao.

L’Inde est déjà très présente en Afrique et au Togo où elle finance des projets énergétiques et agricoles via l’Exim Bank.

Sur le plan éducation, le gouvernement indien va financer un centre d’apprentissage à l’Anglais au sein de l’Université de Lomé, destiné aux cadres de l’administration togolaise.

Le président Faure Gnassingbé effectuera une visite officielle à Delhi l’année prochaine.

Le Premier ministre indien, Narendra Modi a affirmé que le troisième Sommet Inde-Afrique est d’une importance capitale, car il vise à montrer l’Inde comme étant un partenaire fiable pour de nombreux pays africains. 

‘Nous espérons bâtir un partenariat plus efficace, fondé sur un échange fructueux et le renforcement des capacités, l’appui de l’infrastructure et le partage des technologies», a indiqué le premier ministre indien, précisant que « le partenariat économique entre l’Inde et l’Afrique va au-delà du commerce et de l’investissement et se prolonge jusqu’au transfert de technologie, au partage des connaissances et au renforcement des capacités’.

‘Nos domaines d’intérêt, a-t-il ajouté, seront toujours axés sur le développement des ressources humaines, le renforcement des institutions, l’infrastructure, l’énergie propre, l’agriculture, la santé, l’éducation, le développement des compétences et le développement durable de l’économie bleue’.

A la clôture du sommet, une résolution dite ‘déclaration de New Delhi’, définira la nouvelle orientation des relations entre l’Afrique et l’Inde.