Nouvelle impulsion aux relations entre l’Inde et l’Afrique

Le 3e sommet Inde-Afrique s’est achevé jeudi soir à New Delhi. Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a accueilli 41 chefs d’Etat africains et de nombreux ministres des Affaires étrangères dont Robert Dussey qui représentait le président togolais.

Pendant trois jours les participants ont cherché à redéfinir ensemble leurs rapports stratégiques de demain, notamment au niveau économique, pour établir un partenariat durable qui leur soit mutuellement bénéfique.

Narendra Modi poussé par son armée et ses entrepreneurs se positionne en ami de l’Afrique.

Il a annoncé l’octroi de nouveaux prêts de 10 milliards de dollars sur 5 ans, soit le doublement des crédits par rapport au dernier sommet en 2011. 

Parallèlement, le montant de dons est tombé de 1,2 milliards à 600 millions de dollars. La partie du discours du Premier ministre indien consacrée au doublement des bourses, qui passent de 25.000 à 50.000 pour les cinq ans à venir, a été particulièrement applaudie. C’est une des conséquences concrètes du sommet qui sera suivie avec intérêt par les étudiants africains. 

En outre, M. Modi a promis un pacte gagnant-gagnant : 500 millions d’euros d’aide en cinq ans pour renforcer, notamment, le réseau d’enseignement et de consultations médicales à distance, reliant des universités et hôpitaux indiens à ceux de 48 pays africains grâce à un réseau satellite. 

Le sommet a par ailleurs adopté une Déclaration politique et un document cadre de coopération stratégique. Ces documents précisent la philosophie de partenariat mutuellement bénéfique sur laquelle l’Inde souhaite fonder son engagement en Afrique.

Enfin, l’Inde et l’Afrique ont profité de ce sommet pour annoncer leur désir de lutter ensemble contre le réchauffement climatique.